Ne nous battons pas contre des moulins à vent

Publié le par systeme-d-pour-fauches

2985846141_6391d0f3ca.jpg

 

 

Manifester c'est bien, gagner, c'est mieux !

 

.

 

Bien sûr, il faut commencer par une action coup de poing.

 

On n'a pas le droit de faire n'importe quoi, il y a des règles à suivre, et des choses à savoir !

 

.

 

La question qui revient sans cesse:

 

"Pourquoi les enseignants ne se battent pas avec les parents"

 

Les actions entreprises par les enseignants sont encadrées. ce ne sont pas les enseignants d'une école qui peuvent agir, mais leurs syndicat qui peut poser un préavis de grêve qui sera suivi ou non par les enseignants. ce n'est pas toujours facile pour lui non plus de suivre le mouvement. Il faut qu'il soit d'accord sur tout ce qui est demandé ou proposé par le syndicat. Il faut aussi qu'il ait les moyens de faire la grève, les jours grévés ne sont pas payés !

 

Un jour ça va, mais plusieurs, bonjour les dégâts !

 

.

 

La vraie question qu'il faut se poser:

 

"Pourquoi les parents ne sont pas tous solidaires des enseignants peandant leur grève ?"

 

Pareil, il faut savoir pourquoi ils font grève !

 

Si c'est pour leur salaire, ça ne nous regarde pas directement !

 

Si c'est pour lutter contre des suppressions de poste, de fermetures de classe, de changement de rythme scolaires, alors, oui, ça nous regarde directement !

 

Nous sommes d'accord avec leurs protestations: on garde notre enfant à la maison, on a le droit d'être solidaire à la grève des enseignants !

 

Un enseignant qui ne peut se permettre un jour de grève et qui n'aura pas d'élève ce jour-là, chôme aussi, même s'il fait acte de présence ! et ça, grâce à la solidarité des parents !

 

.

 

Comment mettre sur pied une action ?

 

.

 

Ce n'est pas en regardant les autres, en attendant qu'il y en ait un qui bouge qu'une action sera envisageable !

 

Chacun doit se sentir responsable, mais pour cela, il faut déjà qu'ul sache que sa parole vaut quelque chose !

 

On n'attend pas que les parents délégués vous incitent à quoi que ce soit ! Vous voulez vous battre contre une fermeture de classe ou la suppression d'un poste d'enseignant ? Allez en parler aux autres parents, ils sont d'accord, tant mieux, sinon, tant pis, ne vous laissez pas abattre ! Allez voir les parents délégués, ils vous suivent ? Tant mieux et sinon...tant pis !

 

Le directeur, les enseignants vous soutiennent ! C'est déjà gagné !

 

Les affaires scolaires de la mairie vous suivent ? C'est encore mieux !

 

Le maire même ? Génial !

 

Sinon, tant pis !

 

Continuez, avec juste une poignée de parents !

 

.

 

Les parents ont la parole !

 

Ce sont eux qui peuvent faire bouger l'école, qui peuvent dire: NON ! STOP ! Mais trop peu le savent ! Et bien sûr, ce n'est pas le gouvernement qui va vous lire vos droit là-dessus, quel qu'il soit ! De droite, de gauche, là, ils sont bien tous les mêmes, dites-en le moins possible aux brebis, on les croquera plus facilement le jour venu !

 

.

 

Il faut penser à l'action avant de passer à l'action:

 

Le plus commun, mais le plus efficace pour marquer le coup, c'est de refuser d'emmener son enfant à l'école le jour choisi !

 

mais on ne le fait pas n'importe comment, il faut avertir les autorités concernées !

 

.

  • Lettre à l'académie, si possible au DASEN
  • Lettre à la mairie
  • Au directeur/ directrice de l'école

 

.

 

Il faut leur dire que tel jour, vous menez une action contre ceci ou cela. Tel jour les enfants seront gardés à la maison, vous vous engagez à ne pas bloquer l'école, ceux qui désirent (ou ne peuvent pas faire autrement) emmener leur enfant le peuvent !

 

.

 

Vous écrivez un mot aux parents:

 

Afin de lutter contre la fermeture de classe avec suppression d'un poste d'enseignant, les parents en colère, vous demande de ne pas emmener votre enfant à l'école tel jour !

 

Ceux qui mangent habituellement à la cantine doivent remplir le formulaire ci-dessous pour que leur repas ne soit pas comptabilisé.

 

Prénom de l'enfant, nom de l'enfant, classe...ne viendra pas à l'école tel jour, merci de ne pas me facturer son repas.

 

.

 

Ces papillons seront apportés à la mairie, dans les 10 jours qui précèdent le jour de l'action !

 

Quand la mairie est d'accord, on peut emmener les papilolons plus tard, voir même encore la veille !

 

.

 

Il faut faire des banderoles, je vous conseille les marqueurs, s'il pleut, ça dégouline moins ! Faites faire des dessins sur des banderoles aux enfants. Comme sur les miennes, c'est joli en plus !

 

.

 

Demandez des draps, des tissus aux autres parents. Là encore vous risquez de ne compter que sur vous-mêmes pour le moment...vivement que ce journal prenne de l'ampleur !

 

.

 

Même si vous ne pensez pas être nombreux ce jour-là, faites part de votre action à votre journal quotidien, appelez-les pour avoir le N° de tel de votre correspondant local, pareil pour France3 région.

 

Préparez un discours!

 

.

 

Vous pouvez annoncer une matinée récréative devant l'établissement, avec boissons, petits gâteaux, voire des crèpes...si ça fonctionne bien, faites un sitting toute la journée avec pris edu repas de midi sur place !

 

.

 

.

 

Quand la mairie ne suit pas, car elle n'a pas les moyens de se battre, ou qu'elle ne le veut pas...

 

Bloquez l'école en avertissant les parents à l'avance que ce jour-là le portail sera cadenassé !

 

Avertissez les média qu'une délégation de la gendarmerie sera surement sur place tel jour à telle heure !

 

Si la porte est fermée, les enseignants et  le directeur se retrouvent dehors, ils doivent appeler le maire qui appelle la poile, la gendarmerie et vont vous obliger à ouvrir l'école !

 

Ils parlementent un bon moment, répondent aux journalistes...ça fait du foin ! mais si tout se passe dans le calme pas de prison, ne vous inquiétez pas !

 

.

 

Dans tous les cas, faites signer des pétitions !

 

Allez chercher les signatures sur les marchés, devant la poste, la mairie...

 

.

 

.

 

Soyons solidaire !!!

 

.

 

.

Commenter cet article