Les enfants en IEF apprennent plus, mieux et plus vite !

Publié le par systeme-d-pour-fauches

 

Pourquoi la plupart des enfants en IEF et notamment sans études à distance apprennent plus de choses que les autres ?

 

 

Nous sommes à leur écoute

 

Si en IEF on a un emploi du temps complètement différent, s'il on passe moins d'heures "à travailler", le travail est plus intensif !

 

Oui, il y a un programme à suivre, mais celui-ci ne devrait pas être restreint à l'âge ou à la continuité de l'année écoulée mais se résumer, comme pour tous les autres écoliers arrivés à 16 ans, au bouclage du socle commun.

En effet, le socle commun est un groupe verbal barbare pour nommer "L'ensemble des connaissances qu'un jeune doit connaitre à l'âge de 16 ans".

Je peux vous dire que la plupart des jeunes qui sortent de l'école à 16 ans n'ont pas atteint ce socle commun ou alors juste dans une ou deux matières contrairement à ce qui est imposé aux enfants qui étudient en famille.

 

Revenons à nos enfants déscolarisés !

A tout âge, ils posent des questions.

"Pourquoi les oiseaux ils volent ?" "Pourquoi les chats ils ont des poils ?" "Pourquoi les bateaux ils coulent pas et papa si ?" "Comment les premiers hommes ont existé ? "Comment on fait les bébés ?"

Il y en a des questions qui mettent les parents dans l'embarras, et c'est bien là, que l'on voit la différence entre les enfants scolarisés et ceux non scolarisés !

 

Souvent les parents des enfants scolarisés répondent un peu vaguement aux questions des enfants, alors que ceux des parents desco tenteront d'expliquer au mieux voire même utiliser cette question pour la développer au niveau d'un "cours" approfondi dans lequel on cherchera de vraies réponses. Ces réponses seront accompagnées de dessins ou de découpages suivis de collages ! Il n'y a pas de question anodine, toute question posée par un enfant doit obtenir une réponse complète !

 

L'important est d'aller toujours et encore dans le sens de l'enfant au lieu de lui imposer le programme dans le sens inscrit par l'EN ! Il faut que tous les wagons du train arrivent à la gare à temps, sachant que la loco est représentée par l'enfant lui-même ! Où est le problème que tous les wagons soient intervertis, si en fin de compte le train entre en gare à l'heure dite…voire même avant ?

 

 

 

2 heures seulement ?

 

Oui, 2 heures suffisent car elles sont intenses !

On décortique toute la leçon, on répond avec l'aide des manuels ou même d'internet avec photo à l'appui. L'enfant cherche lui-même sur le Net surveillé par l'adulte juste dans son dos. On reprend copie/colle des infos ici et là et on les imprime…on les colle dans un cahier, et les enfants ensuite décorent, dessinent, illustrent ce qui a été étudié !

 

A chaque jour suffit sa peine !

Comme les cours sont plus instructifs car suivis avec attention et grande participation des enfants, 2 heures avec ou sans coupure suffisent pour que les informations soient digérées, classées dans le cerveau de l'enfant ! Il vaut mieux moins d'informations mais bien rangées, classées, comprises qu'une foultitude de données mal intégrées, comprises qu'à moitié !

 

Nous apprenons dans le calme, ce qui ne signifie pas que ce soit dans le silence complet.

Dès qu'il va faire beau on ira étudier au bord de la mer ou sous les arbres, donc avec les bruits de la nature.

 

 

 

Les supports

 

Je vous parlerai des supports particuliers au fur et à mesure des semaines, que ce soit de bons ou de mauvais supports à notre niveau, ce que l'on aime ou ce que l'on leur reproche !

 

Je dispose de plusieurs "programmes" d'éditeurs différents sur plusieurs niveaux, ce qui me permet d'amener mes enfants dans un même domaine du CP à beaucoup plus haut…donc des révisions à presque notre période en passant par leur programme en histoire…pareil en géo…en math on reprends les bases, on attaque géométrie et opérations, problèmes tous en approchant l'algèbre basic grâce à des interprétations ou des jeux ! Oui, c'est vrai, ça parait un peu flou comme ça, mais quand je vous montrerai les supports et quand je vous expliquerai mon approche ainsi que mes astuces, vous serez surement surpris par la falicité et de la magie  des mots et des chiffres !

 

Pour les supports j'écrirai un article par support pour mieux étudier ses points forts et ses avantages pour l'IEF !

 

 

 

La fatigue…

 

 

Quelle fatigue ?

Comme on suit le biorythme de l'enfant, on ne peut être confronté à une éventuelle fatigue s'il n'est pas malade !

 

Ce n'est pas parce qu'il ne va pas à l'école (établissement) qu'il n'a pas d'horaire de coucher !

Mes enfants ne regardent pas la télévision le soir, ils ont une histoire au lit à 20h15, j'éteins dans la foulée ! Comme c'est habituel, le rituel fait que le sommeil arrive sans problème. Par contre, le matin ils arrivent tous les deux (7 et 9 ans) à 7h / 7h30 pour nous réveiller quelq que soit le jour !

 

Pour le travail, une fois le petit-déjeuner englouti, un moment de jeu tranquille dans la chambre, on commence aux environ de 8h / 8h15 les cours du jour !

C'est parti pour 2 heures avec ou sans coupure !

 

Selon les matières abordées, on peut faire une coupure restauration entre deux matières.

S'il y a une envie de toilette, soif…etc…on fait une mini pause !

 

Quand ils sont bien dans le cours, on peut dépasser le temps, quand ils ne le sont plus ¼ d'heure avant, on arrête !

 

On ne travaille pas forcément tous les jours, quelques fois ils ne sont pas motivés, ou jouent trop bien à des constructions, ou des jeux de rôle qu'il serait dommage de casser, d'interrompre pour ne pas avoir leur attention !

 

On peut "travailler" le dimanche, en tout cas, on étudie aussi pendant les vacances !

 

On fait plus d'oral que d'écrit, la participation orale étant plus motivante, instructive que l'écrit.

Mes enfants ont une ardoise pour répondre rapidement à une question, un tableau pour expliquer ou résoudre un problème, une opération … un cahier pour réaliser leur phrase d'écriture quotidienne (ou presque) car l'écriture a beau être la science des ânes, il est déjà important de pouvoir se relire et une belle écriture est tellement plus facile à déchiffrer ! Ils ont aussi un autre cahier dans lequel ils doivent dessiner, ou coller des photos de recherches pour illustrer un cours, une étude…

 

 

Même si on ne peut palper leur savoir par la quantité de feuilles de cahier ou de classeur, on remarque leur instruction juste en discutant avec eux, en les voyant répondre à des questions de jeux télévisés ou s'intégrer dans des conversations !

Commenter cet article