Les droits et les devoirs des parents

Publié le par systeme-d-pour-fauches

2978202186_74fec9f77b.jpg

 

Plus on avance dans le progrès et plus l'éducation régresse!

Cette constatation tout le monde l'a faite, mais à qui la faute ?

 

 

Les enfants d'hier

 

Je sais que l'on ne peut pas comparer l'incomparable, mais tout de même il y a des constatations que l'on ne peut ignorer.

 

Quand nos grands-parents étaient enfants, ils s'occupaient des plus jeunes pendant que les parents étaient aux champs à la campagne, ou qu'ils travaillaient à l'usine en ville !

Ils avaient beaucoup de responsabilités, ils allaient à l'école jusqu'à quatorze ans, à pieds en marchant parfois plusieurs kilomètres. Ils mangeaient à midi le repas sorti de leur boîte, ils n'avaient pas tous les moyens de rentrer chez eux ou de manger à la cantine.

Ils rentraient à la maison après être allés chercher les plus jeunes, et s'occupaient d'eux tout en faisant leurs devoirs.

 

Ils étaient obéissants, attentionnés, mettaient et débarrassaient la table, faisaient leur lit, rangeaient leur chambre où ils dormaient à plusieurs…pas de crise d'ado, quelques bêtises, mais en étant aussi actifs, qui n'en feraient pas ! Pas de crise des 3 ans, des 7 ans non plus, ou alors, ça leur passait vite !

 

Qu'avaient-ils pour jouer ?

Un rien était transformé de leurs mains, une poupée faisait des années, les Noëls n'étaient que profusions de fruits et gâteaux !

 

 

Les enfants d'aujourd'hui

 

Le changement a eu lieu quand, exactement ?

Il n'y a pas si longtemps que les enfants n'obéissent plus, ne respectent plus rien, ni ce qui leur appartient ni ce qui appartient aux autres.

Le respect pour les personnes, ils l'ignorent, ils passent devant les personnes âgées en les bousculant sans même un regard, sans excuses.

 

La vie a bien changé, les enfants ont tout, et demandent encore plus, ils ne sont jamais satisfaits.

 

Ils ont leurs périodes de crises, c'est normal, c'est la psy qui en a décidé ainsi !

 

La télé, la violence des dessins animés, les jeux vidéos en console de salon ou portables, l'ordinateur…beaucoup ont la télé dans leur chambre, une chaîne Hi Fi ou une radio. Certains ont même un téléphone portable dès 8 ans.

 

L'ado nous fait sa crise depuis l'âge de 11 ans à l'âge de 25 ans.

 

 

Mais allons-nous leur reprocher ce que nous avons construit ?

 

C'est vrai que depuis mai 68, le début de la libération de la femme a vu poindre la liberté absolue de l'enfant.

 

On a voulu élever nos enfants à la cool, pas de fessée, plus d'écoute, il faut les laisser s'exprimer même si ce sont des paroles plus que blessante, l'enfant s'exprime et c'est déjà bien !

On a remarqué que cette éducation était vouée à l'échec.

De là est née les partis pro fessée, et les anti fessée.

 

On ne doit pas inculquer la peur du sévice corporel à un enfant, il doit vivre dans la confiance et non dans l'angoisse !

 

Mais le fait de penser: "Ouh là! Je n'ai pas intérêt à faire ça, je vais m'en ramasser une!" fonctionnait à merveille jadis!

 

 

C'est là qu'interviennent les droits et les devoirs des parents

 

Les parents ont plus de devoirs que de droit d'ailleurs/

Ils ont le devoir de veiller à la sécurité de leurs enfants.

Ils doivent leur donner le gîte, le couvert, l'hygiène, l'habillement et une éducation conforme à la législation en cours.

 

Ils doivent leur donner une éducation scolaire quand ils ont l'âge d'être scolarisé.

 

Mais si l'enfant agit hors la loi, c'est les parents qui sont punis, ils sont responsables de lui.

 

Les parents ne peuvent donner la fessée à leur enfant même s'il le mérite vraiment, si l'enfant porte plainte avec constatation médicale ou témoignage d'une tierce personne, les parents passent au tribunal pour violences.

 

 

Les droits des parents

 

Ils ont le droit de câliner leurs enfants, mais attention, certains gestes pourraient être mal interprétés et une dénonciation est toujours possible.

 

On a le droit de les alimenter, les habiller comme on le désire mais à condition que la courbe évolutive de taille et de poids soit harmonieuse, et à partir d'un certain âge que les habits soient de marque pour qu'ils ne soient pas brimés…

 

Ils ont le droit de superviser mais sans empiéter sur le moi profond des enfants, jeunes, djeunes…

 

 

Au final pour le meilleur des mondes

 

Il faut, et cela est certain, poser des limites autour des enfants depuis le plus jeune âge.

Il faut écouter les enfants, quand ils parlent, la communication est importante dans la famille.

Il ne faut pas leur donner trop, depuis la naissance on doit leur apporter le maximum en sentiments et en attention mais réduire les dépenses superflues, même si elles sont à la mode pour préserver le mental et l'intégrité de chaque enfant dans la société de demain.

 

Commenter cet article