La grossesse si loin du naturel

Publié le par systeme-d-pour-fauches

La grossesse devrait être heureuse de bout en bout, mais ce n'est pas souvent le cas.

Si la grossesse de nos grands-mères n'étaient pas assez surveillées, si en plus nos grands-mères travaillaient dans les champs jusqu'à la fin de la grossesse, il faut savoir que c'est encore le cas dans bien des pays sans qu'il y ait de gros problème au point de vue de la maternité.

Le problème se situerait plus au niveau de la nutrition ou plutôt la malnutrition de la mère.

En France, une écographie de contrôle est possible aux environs de la 9ème semaine, mais elle n'est pas systématique.
Ensuite 2 autres échographies sont obligatoires à 14 semaine au plus tard pour l'examen du 3ème mois avec datation exacte du foetus et la déclaration de grossesses à la sécurité sociale et les allocations familiales.
Il a ensuite un autre échographie dites des 5 mois, qui elle est "morphologique", on prend les mesures du foetus, on peut déceler certaines anomalies.
Une dernière échographie aura lieu au 8ème mois, pour  calculer l'harmonie de la courbe de croissance.
Si ces examens étaient suffisant avec 2 prises de sang et une analyse d'urine il y a 30 ans, ce n'est plus le cas maintenant .

Une analyse d'urine et sanguine sont nécessaires tous les 1 à 2 mois et plus si suspicion d'infection urinaire ou d'albumine, manque de fer, et autres carences.
Un toucher vaginal pour évaluer le col de l'utérus, examen plus ou moins douloureux et pas si anodin, car les cas de saignements et de maux de ventre, voir même de contractions suite à cet examen sont fréquents.

La recherche de la position et l'écoute du coeur du bébé sont aussi des moments assez traumatisants pour le foetus entendant son coeur, et la maman peut paniquer si le docteur ne trouve pas le battement.

Sans compter le test du glucose, ce liquide infect pour analyser la possibilité de diabète gestationnel.

Et le plus dur comme examen c'est le TRITEST
Un autre article...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article