Au diable les soutifs, la libération du sein... c'est plus sain !

Publié le par systeme-d-pour-fauches

 

J'ai lu il ya quelques jour un article sur une étude d'un médecin par rapport à l'utilité du soutien-gorge.

Ce médecin est de Besançon, et sur une quinzaine d'années il a fait une recherche sur 320 femmes:

http://www.lemonde.fr/style/article/2013/04/11/le-soutien-gorge-serait-il-inutile_3158156_1575563.html

 

"L'utilité de cette pièce de lingerie pourrait toutefois être mise en doute, selon les premiers résultats d'une enquête menée depuis 1997 par le médecin du sport Jean-Denis Rouillon. Docteur à l'hopital de Besançon et professeur à l'université de Franche-Comté, il a observé et mesuré les seins de près de 320 femmes pour étudier l'évolution d'une poitrine sans soutien-gorge.

Son étude se penche particulièrement sur un groupe d'une cinquantaine de femmes âgées de 18 à 35 ans. D'après l'observation de ce groupe restreint, sans cet accessoire,"le mamelon remonte en moyenne de 7 millimètres en un an par rapport à l'épaule". Le médecin a également relevé que, globalement, "les seins se raffermissent et que les vergetures s'estompent". Le médecin rapporte par ailleurs que les participantes à cette étude "ont constaté une amélioration en termes de respiration et de confort, la plupart ne supportent plus le soutien-gorge"."

 

Ce qui m'a interpellée dernièrement et qui me pousse à témoigner aujourd'hui !

 

http://www.voici.fr/news-people/photos-star/photos-en-promenade-a-paris-sharon-stone-oublie-de-mettre-un-soutien-gorge-496479#xtor=EPR-205

 

 

Un article très important à lire aussi avant mon témoignage !

 

 

http://www.amessi.org/soutien-gorge-et-cancer-du-sein-les

www.amessi.org

 

 

 

Maintenant, je peux vous parler de mes constations au fil du temps !

 

Je suis une femme de 50 ans qui n'a que très peu mis de soutien-gorge !

Ce n'était pas une lubie, une façon de me démarquer, mais une fatalité !

Depuis mon adolescence, ma poitrine a eu du mal à pousser, entre mon physique androgyne et la castration psychologique que ma mère me fait subir additionnée des vannes à deux balles des petits couillus scolaires, l'effet psychologique a montré son incompétence à sculpter le corps de rêve que j'imaginais !

 

Mes deux balles de ping-pong posées sur un corps de 1,73 m pour 55 kg avait tout de Twiggy, le top modèle extra-plat à la mode quand je suis née, mais qui ne l'était plus quand j'ai grandi ! Heureusement que j'avais encore Jane Birkin en bouée de sauvetage !

 

Le problème des grandes minces n'est pas forcément le manque de poitrine, mais la stature. Le complexe se situe plutôt dans la courbure du dos car la jeune fille se voute, rentre les épaules pour ne pas laisser voir la naissance de ces futures pommes ou poires que certains aimeraient bien croquer !

 

J'étais donc comme beaucoup de ces ados pas sures d'elles du tout avec les petits mots idiots de la famille: "Alors, ça pousse ?"  Je me retrouvais donc avec un mal de dos pas possible dû à la courbure de celui-ci.

A 16 ans, je vous assure que mes seins ne dépassaient pas la taille de 2 balles de golf, ma mère m'a d'ailleurs dégoté comme soutien-gorge, un 90 A avec deux superbes balles de golf et deux clubs entrecroisés ! Comme il me fallait quelque chose sous mes chemisiers blancs pour le service en hôtellerie (oui, j'ai décroché du cursus scolaire à 16 ans en 3ème).

Les brassières n'éxistaient pas pour les jeunes filles, c'était bien dommage !

 

J'avais en plus du handicap du maque de poitrine, celui de me retrouver avec un troisième sein de la même taille que les premiers !

Une bosse au milieu mais un peu en dessous des premiers, un petit incident de rebouteux qui m'a pété le plexus solaire en me remettant des vertèbres ! Fallait pas respirer, mais j'avais 12 ans et la douleur ressentie m'a obligée à respirer ! C'était le capitaine et le rebouteux de l'équipe de rugby des Îlets à Montluçon, imaginez la carrure, par rapport à moi, frêle zoziau !

 

Mes 3 seins et moi devions nous habiller et ce n'était pas évident ! Le soutif, je l'utilisais le temps du service puis je l'enlevais, il m'appuyait sur le plexus et m'empêchait de respirer correctement !

 

Les années passèrent et je me sentais tellement mieux sans soutien-gorge qu'avec, que malgré tout ce que l'on pouvait dire, je ne cherchais plus à en trouver à ma taille !

 

L'été sous les T-shirt, on jalousait ma liberté, je n'étais plus si timide, une fois sortie de l'école, j'ai pu me rendre compte qu'on m'appréciait, et ça a transformé ce vilain petit canard en une poulette fière d'elle !

L'hiver, je portais aussi un T-shirt sous mon pull.

 

Je suis assez pudique, je ne fais pas de seins-nus, et pourtant maintenant je suis au bord de la mer, et ma poitrine est assez jolie pour que je la montre !

Je n'aime pas exhiber cette féminité ni aux yeux des autres, ni au rayons du soleil.

Par contre, ça ne m'a jamais dérangée d'allaiter mes enfants, où que je sois, ce n'était plus un sein, mais un garde manger pour bébé !

 

Pendant mes grossesses, j'ai porté des soutien-gorge d'allaitement surtout à cause de la prise de poids rapide des seins, et des fuites de lait.

 

Dès la fin de l'allaitement, je rangeais mes soutien-gorge au placard !

 

J'ai eu des vergetures énormes, ma peau a pété sous la prise d'un bonnet, passer de la balle de golf à celle de tennis ne se fait pas sans laisser de traces !

 

Les vergetures, je ne les vois pratiquement plus du moins au niveau des seins ! Elle font comme des sillon blancs autour des mamelons, mais ce n'est pas ce que l'on voit en premier, on est plutôt surpris par les tétons drus, durs, proéminents, preuve de l'appétit gourmand de ma progéniture ! Les aréoles sont à la hauteur des bouts de seins, larges, colorés et surmontés de petits monts ! On voit ces détails sous les top et les autres hauts moulants, mais, je m'en fiche !

 

A 50 ans, je suis fière d'avoir une poitrine encore droite,  qui passe le test crayon sans problème. Vous savez, on pose un crayon sous le sein, s'il tient, la poitrine tombe…c'est un test d'hommes, j'aimerai bien en tester un moi de test sur leur masculinité ! De toute façon côté poitrine beaucoup d'hommes ne passent pas le test à 60 ans !

C'est encore un test avilissant pour les jeunes filles !

 

Selon ce que l'on me disait il y a longtemps:

 

Une poitrine qui ne serait pas soutenue par un bon soutien-gorge aurait tendance à tirer sur les fibres se trouvant au dessus du sein !

Il était bien prouvé que ce dessus de sein ne disposait pas de muscle !

Le sein n'était qu'un sac à peau fine ne pouvant protéger le sein tout seul !

 

Selon mes constatations:

 

Mon sein est toujours de la même forme. Le téton regarde bien devant lui, il remonte même un peu, le dessous de mon sein est doux et semble fort.

Il est ferme, bien rempli, les glandes ont l'air en pleine santé, pas de différence de grosseur, pas de doute sur un ganglion qui serait encore lus facile à constater !

 

La bride du sac, si je peux appeler ainsi le dessus du sein qui s'accroche plus ou moins à l'épaule, est moins paresseuse que beaucoup d'autres du même âge !

Les rides, et froissement de la peau sont retardés !

Les crèmes raffermissantes ont plus d'impact en peu de temps sur cette partie du buste !

 

Ce que j'en retire :

 

Si je me penche sur mon cas et les recherches d'un toubib bisontin, plus les autres constatations au niveau des cancers du sein… je dirais que le soutien-gorge ne doit pas être une formalité de l'adolescente !

La mère ne doit pas l'imposer à sa fille !

La fille a le choix !

Le soutien-gorge n'est en fait qu'un effet de mode, un attribut de séduction étudié par et pour les hommes !

 

Ce n'est pas faire un pas vers le naturisme, ni le nudisme que de renoncer au soutien-gorge.

Combien de naturiste, des tout-nus à la plage, en vacances, mettent des soutifs le reste de l'année ?

 

Je n'ai pas décidé de vivre sans soutien-gorge, mais maintenant, je suis satisfaite de ne pas en avoir trouvé à ma taille ou confortable.

 

Quand je vois les soutien-gorge à armatures qui entrent dans les cotés des seins ou qui appuient sur le plexus solaire, ceux en dentelle qui grattent, ceux qui tirent sur les épaules, ceux qui ne soutiennent de toute façon rien et qui coûtent pourtant la peau des fesses, ceux qui ont des brettelles transparentes horribles qui brûlent la peau, les push Up ou autre WonderBra, je me dis que je savoure bien ma liberté !!

 

J'adore quand le toubib de Besac dit: Je ne conseille pas à une femme en surpoids de 45 ans ayant eu 3 enfants d'arrêter de porter un soutien-gorge !

J'ai 50 ans, 6 enfants que j'ai allaité, et quelques kgs de trop, et mes seins sont toujours au top !

Si j'avais eu plus de poitrine, la question ne se serait pas posée, mais je sais que ma poitrine tiendrait tout aussi bien !

C'est comme pour le reste, l'alimentation, le fait de ne pas fumer, ne pas exposer sa poitrine au soleil sont des éléments de base pour ne pas développer un cancer du sein.

Pour ma part j'ai ajouté à ça, presque zéro contraception et seins libres !

Commenter cet article

Yves 16/12/2013 03:14


Pour info, de nombreuses études sur le danger et l'inutilité du soutien gorge (les sources sont à la fin):


http://fr.slideshare.net/Yves971/le-danger-du-soutien-gorge-52


Bonne lecture.

traitement vergetures 01/08/2013 06:52


Merci pour cet article. Je suis d'accord sur le fait que le soutien-gorge tire et pourrait éventuellement favoriser l'apparition des vergetures. Par contre, pour celles déjà installées, je
n'arrive pas à m'expliquer comment le fait de ne pas porter le soutien-gorge peut les estomper. Merci d'avnace si vous avez la réponse.

systeme-d-pour-fauches 01/08/2013 08:01



Bonjour, Je pense en effet que l'élastine et le collagène naturel de la peau font leur travail de reconstruction ! A condition bien sûr qu'ils soient sollicité, le fait de soutenir le sein à
l'aide d'un soutien-gorge peut fausser les informations nécessaires au cerveau pour cette réparation des tissus !