Pourquoi l'affaire Catherine Sauvage a t-elle fait couler autant d'encre ?

Publié le par systeme-d-pour-fauches

Pourquoi l'affaire Catherine Sauvage a t-elle fait couler autant d'encre ?

J'ai suivi comme beaucoup d'entre vous l'affaire Jacqueline Sauvage. J'ai fait preuve de curiosité, de compréhension, de questionnements, mais jamais de doute.

Pourquoi, je n'ai pas douté un seul instant de la bonne foi de cette femme ? Tout simplement parce que c'est une femme parmi tant d'autres qui a eu le courage, elle, à un moment de passer à l'acte, d'en finir avec ce cauchemar.

 

On ne savait encore pratiquement rien de l'affaire, comme l'ice-berg, une toute petite partie avait éclaté au grand jour, mais combien de non-dit nageaient encore en eau trouble ?

 

Le jour où tout a basculé

 

Dans les journaux, on lit qu'une femme a tué son mari après 47 ans de violences répétées. Y avait-il préméditation ? Légitime défense ?

 

On relate des faits, on ne la juge pas encore, mais déjà des centaines de femmes applaudissent en silence, sans savoir encore à quel point elles sont semblables.

 

Que s'est-il passé dans la tête de Jacqueline Sauvage ? Bien sûr, vous me direz que seuls elle-même et un psy pourrait interpréter ce à quoi elle pensait à ce moment-là…en êtes-vous bien sûr ?

Des milliers de femmes peuvent aisément se mettre à sa place et vous dire ce qu'il s'est passé à ce moment précis dans la tête de Jacqueline: RIEN ! Un grand vide, ne plus penser à rien, obéir, descendre faire ce café…machinalement ! Et toujours aussi machinalement, regarder dans la direction de l'homme assis là, avec un dos, juste un dos et non ce regard accusateur, ce regard avilissant. Un dos, ce dos si vulnérable. Une lueur, une simple étincelle qui mettra le feu au poudre…d'où vient cette idée ? Elle est passée sous le fusil, le moment était comme offert…3 coups de feu sont partis, pourquoi 3 ? Symbolisme ? 1 coup pour chacune de ses filles et 1 pour elle ? 3 coups comme frapper les 3 coups ? 3 Coups pour être sure que ce serait vraiment fini ? 3 coups, parce, et juste parce…rien d'autre, c'aurait pu être 2 ou 4…ou alors, c'est ce qu'il y avait dans le fusil ? Ca a bien l'air d'être ça ! Un fusil 3 coups…juste 3 coups de partis, juste 3 coups ont atteints leur cible, si proche, si imposante, si tranquille de dos…mais combien de fois a-t-elle appuyé sur la gâchette ? 5 fois ? 10 fois, 20 fois ?

Le premier coup a dû partir comme s'il avait été tiré par un automate, pour le second, la conscience a certainement repris le dessus avec la peur au ventre qu'il ne se retourne et vienne la battre encore une fois, le tir était obligatoire, le 3ème et les suivants étaient certainement accompagnés de rage, de pleurs, de toute cette souffrance retenue si longtemps…son cri hante mes nuits, son cri de délivrance mêlé de sanglots étranglés ! Ce cri, c'est celui de nos cauchemars, celui où l'on a le courage de passer à l'acte…

 

Elle se croyait seule…elles étaient 4, elles étaient des milliers

 

Il eut un avant et il y eut un après.

Une maman, ses 3 filles, battues, violées sans que les autres n'en sachent rien. Un jour, La plus jeune ose parler mais le gendarme ne prend pas la déposition, au contraire, il rend cette fille à son bourreau et en rajoute une couche en la claquant !

 

Lorsque la mère et le frère des 3 filles apprennent ce que le père leur a fait, le lourd fardeau qu'elle portait déjà s'est encore alourdi, trop lourd, beaucoup trop lourd, invivable. Mais que faire ? Que dire et à qui ? Ca se retournerait contre elle !

Oui, il y a des associations pour aider les femmes battues, mais elles sont de nouveau en prison, prisonnières de la cache, pas le droit de recevoir des amis, la famille…le reste de la famille continue d'être en danger, n'a-t-il pas à maintes reprise proféré des menaces à l'encontre des filles et de leur famille. Le fils a tellement honte d'être impuissant et d'avoir reproduit le schéma de son père sur une de ses copines, tellement peiné par ce qui se passe, tellement mal de ne rien avoir vu…il ne voit qu'une issue pour ne plus souffrir, plus cauchemarder, ne plus penser, être sûr de ne plus jamais passer à l'acte non plus…mourir. Il se suicide le 9 décembre, il se pend. 1 jour, juste un jour encore à tenir et il aurait été délivré partiellement ! Quelques heures et il aurait vu ce tortionnaire mort…au lieu de cela, sa maman perdait un fils et la liberté juste quelques heures plus tard ! Encore un coup, encore une victoire de son mari ! Son fils était mort et elle ne le savait pas encore, sinon, c'est peut-être à coup de crosse et d'une manière préméditée qu'elle aurait pu le tuer !

 

Tout aurait pu s'arrêter là

 

Si Alexandra Lange a été acquittée après 17 mois de détention préventive le 21 mars 2012, ce ne sera pas le cas pour Jacqueline Sauvage, et pour tant, il y avait tellement de similitudes. Alexandra était en train de se faire étrangler, dans la cuisine, à côté de couteaux ! Elle a pu en prendre 1 et frapper son mari…ici, il y a légitime défense ! Quelle énergie déployée à chercher un couteau plutôt qu'enlever les doigts de son mari ou lui griffer le visage avec les ongles, tenter de lui crever les yeux pour qu'il lâche prise ! Si elle n'avait pas eu ce réflexe, elle serait certainement morte et lui vivant, en train de brutaliser une autre femme !

 

Voilà, où le bât blesse ! Jacqueline Sauvage n'était soi-disant pas en danger immédiat, sauf que le danger immédiat est là en permanence, à toutes les minutes, il suffit d'un grain de poussière, d'un bruit et hop…il faudrait se retrouver sous le fusil ou à côté du couteau…un peu de sérieux messieurs les magistrats ! La force d'un homme violent et celle d'une femme soumise sont aux antipodes.

 

Si la vie qu'elle avait vécue avait pu entrer en ligne de compte, puisque c'est bien pour cela qu'elle a tué son mari, elle n'aurait fait que peu de prison. Au lieu de cela, on lui colle 10 ans ?

 

Médiatisée voire surmédiatisée, l'affaire Jacqueline Sauvage est montée jusque sur le bureau du Président de la République: Français Hollande. Ce dernier qui avait reçu quelques pressions de la part du peuple et du monde politique a décidé d'octroyer une grâce partielle à Jacqueline Sauvage, laissant à la justice la tâche de trouver la sentence adéquate. Rappelons-nous que François Hollande avait annoncé lors de sa candidature qu'il ne ferait jamais appel à la grâce présidentielle ! Il y aura eu une seule exception pendant son mandat.

 

"Les deux refus ont été motivés par les mêmes arguments. Les magistrats ont estimé que la condamnée ne s’interrogeait « pas assez sur son crime » et qu’elle ne comprenait pas le sens de sa peine. La forte médiatisation de l’affaire et les soutiens qui lui ont été manifestés la maintenaient dans « une position victimaire » pour un meurtre qu’elle a elle-même commis, sans s’interroger « sur sa part de responsabilité dans le fonctionnement pathologique de son couple ». Jacqueline Sauvage n’avait jamais porté plainte pour violences conjugales et n’avait dont pas tenté, selon l’avis des juges, de trouver une autre solution que celle de tuer son mari."

(Source: Le Monde)

 

 

Larousse
Magistrat

Définitions

 

– Dignité, fonction de magistrat ; durée de
cette charge.

 

– Corps des magistrats et, en particulier, ensemble
des magistrats du siège (magistrature assise) et du parquet
(magistrature debout).


En savoir plus sur http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/magistrature/48541#B3grXSA10uT1lEr6.99

 

 

Magistrature

Définitions

 

– Tout fonctionnaire ou officier civil investi
d'une autorité juridictionnelle (membre des tribunaux et des cours, etc.),
administrative (maire, préfet, etc.) ou politique (ministre,
président de la
République
, etc.).

 

– Fonctionnaire exerçant ses fonctions au sein
d'une juridiction de l'ordre judiciaire ou administratif et, en particulier,
membre de la magistrature du siège ou du parquet.

 

– Dans l'Antiquité, personnage investi de fonctions
publiques importantes.


En savoir plus sur http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/magistrat/48540#UwWMlk32z9vGLmdc.99

 

 

Entre guillemets, vous pouvez constater ce qui a été relevé, transcrit, par le journal "Le Monde".

"Sa part de responsabilité dans le fonctionnement pathologique du couple" ?

Tout est donc de sa faute ! C'est à cause d'elle que son mari violait ses filles…c'est à cause de sa désobéissance, de son laisser-aller qu'il la battait ?

 

" Les magistrats ont estimé que la condamnée ne s’interrogeait « pas assez sur son crime » et qu’elle ne comprenait pas le sens de sa peine"

De qui se moque t-on ? La magistrature ne se prend pas pour des juges mais pour Dieu ! Il suffirait qu'elle dise "Je regrette mon geste, j'aurai dû aller porter plainte, et attendre que la justice suive son cours en encaissant encore quelques coups, le temps d'avoir le droit de quitter le domicile conjugal !"

C'est bien connu, la femme battue n'est pas psychologiquement prisonnière de son bourreau ! La magistrature s'y connait bien en dossiers de femmes battues…d'ailleurs, combien de temps un homme bourreau reste sous les verrous…il ne récidivera pas, lui, hein ? Non ! Bien sûr ! La prison l'aura transformé ! Alors qu'elle Jacqueline Sauvage, tuera son prochain amant, mari, compagnon, évidemment ! C'est une femme dangereuse !

 

Elle a déjà perdu son fils, au moment où elle a tiré, il était mort, elle ne le savait pas ! Qui a tué son fils ? la culpabilité, il n'avait rien vu ou n'avait rien voulu voir…il avait reproduit les actes de son père sur sa propre petite amie…il pourrait recommencer, c'était dans ses gênes…il a tué le monstre qu'il voyait, comme l'a fait sa mère quelques heures plus tard !

 

La magistrature a bien démontré au peuple français que le Président de la République n'avait pas plus de poids qu'un simple manifestant ! Le Président a dit ? Mais qu'est-ce qu'on s'en balance répondit la justice !

Une femme tueuse nous a déjà échappée, celle-là, on ne va pas la rater ! Il faut faire un exemple !

 

Pourquoi retrouve-t-on tellement de femmes battues, mortes ?

Ne cherchez pas plus loin, la gendarmerie ferme les yeux…la fille de Jacqueline est allé signaler des faits, le gendarme a appelé le bourreau lui-même et en a rajouté une couche en lui fichant une claque !

Les voisins ferment les yeux, les cris, les pleurs, les meubles bousculés, la vaisselle cassée, les hurlements des enfants ou leur silence encore plus lourd ne les feront pas bouger !

Les femmes meurent sous un coup plus fort, ou en tombant sur le coin d'un meuble, d'une marche…la faute à pas de chance, pauvre homme, il ne l'a pas fait exprès, il ne voulait pas…c'est l'alcool qui parlait ! Une cure de désintox et hop, un homme tout neuf, tout gentil sera relâché dans la nature ! Vous y croyez vous ?

Des femmes en finissent en tuant leurs enfants et en se suicidant ensuite…

Des femmes se suicident avec des médicaments ou en se jetant dans le vide.

Des femmes tuent leur bourreau.

Il n'y a jamais d'issue de secours, ça finit généralement par la mort de l'un des conjoints.

Imaginez juste un instant…le frère mort, la mère morte, que deviendraient ces filles dont le père serait encore là, lui, sirotant son whisky à 2 mètres d'un bain de sang ?

 

La magistrature, je ne sais si vous êtes des personnes violentes dans votre couple pour arriver à parler ainsi de cette femme ? Pourquoi fermez-vous vous aussi les yeux si vous ne faites pas partie de ces personnes violentes ?

 

Non, ce n'est pas la porte ouverte à tous les abus ! Mais les conjoints violents risquent juste de prendre conscience qu'ils pourraient être exterminés avec les applaudissements du jury ! (Ceci est une image !)

 

 

Commenter cet article