Je m'appelle Léon de Kit de Waal... Un roman...infini !

Publié le par systeme-d-pour-fauches

Pourquoi ce garçon en vélo est-il énervé ?

Pourquoi ce garçon en vélo est-il énervé ?

Mot clé: #MRL16

J'ai eu la chance d'être retenue, dans le cadre "des matches de la rentrée littéraire" de Priceminister, et j'ai reçu le livre "Je m'appelle Léon" à lire et à vous donner mon sentiment sur cette œuvre de  Kit de Waal.

Edition: Kero

Auteur: Kit de Waal

Titre: Je m'appelle Léon

Genre: roman

Pages: 354 pages

Traduction: traduit de l'anglais par Isabelle Chapman

Prix conseillé: 19,90 €

N° ISBN 13: 9782366582024

Dimensions: 22,5 / 14,5 / 5 cm

Poids: 509 g

Date de sortie: Août 2016

 

Présentation de l'éditeur

Comment se constituer une toute nouvelle famille de bric et de broc ?
 

Léon, 9 ans, est un garçon courageux. Quand un jour sa mère n arrive plus à se lever le matin, il s occupe de son demi-frère Jake. Quand l assistante sociale emmène les deux garçons chez Maureen au gros ventre et aux bras de boxeur, c est lui qui sait de quoi le bébé a besoin. Mais quand on lui enlève son frère et qu on lui dit que chez ses nouveaux parents il n y a pas de place pour un grand garçon à la peau sombre, c en est trop.
Heureusement Léon rencontre Tufty, qui est grand et fort, qui fait du vélo comme lui et qui, dans son jardin, lui apprend comment prendre soin d une petite plante fragile. Mais Léon n oublie pas sa promesse de retrouver Jake et de réunir les siens comme avant. Le jour où il entend une conversation qui ne lui était pas destinée, il décide de passer à l action...
Émouvant, dramatique mais aussi jubilatoire, Je m appelle Léon évoque de façon éloquente la force de l amour, le lien indéchirable entre frères, et ce qui, en fin de compte, fait une famille.

Biographie de l'auteur

Kit de Waal est née à Birmingham, d'une mère irlandaise et d'un père antillais. Elle a travaillé pendant quinze ans dans le domaine du droit, dont plusieurs années comme magistrat, et s'est beaucoup impliquée dans le domaine de l'adoption et du placement d'enfant. Elle a par ailleurs crée une bourse d'études pour promouvoir de jeunes auteurs de milieu modeste. Ses nouvelles ont été récompensées par plusieurs prix. Je m'appelle Leon est son premier roman.

Source: Amazon

Quelle histoire !

Dès la première page on est empli d'amour pour ce petit bonhomme si doux, si aimant, si joyeux.

Léon vient d'avoir un petit frère, Jake, il est tout petit mais il a le droit de le porter. Il est tellement responsable, ce gamin, que nul ne l'empêcherait de tenir un nouveau-né dans ses bras !

Léon, c'est un enfant de 8 ans au début de livre, il est tellement grand qu'on lui en donne bien…10 ! Qui se demande d'où lui vient cette maturité ? Est-il surdoué ?

Léon vit avec sa maman et quelquefois (trop de fois) avec sa tata, la sœur de sa maman. Son papa, il est parti quand il était plus petit, et il n'est pas le papa de Jake. Le papa de Jake, il est parti aussi, décidément ! Mais ce n'est pas grave, il est là, lui, Léon pour s'occuper de tout, de sa maman et maintenant de Jake.

L'ordinaire est plutôt extraordinaire, car complètement différent de tous les autres univers d'enfants de son âge ! Léon doit souvent s'occuper de sa maman qui est souvent malade, et de son petit frère qui a si souvent faim et qui est aussi souvent souillé…et si maman va mieux, elle disparait on ne sait où pendant des heures, voire des jours ! Petit bonhomme grandit, il grandit trop vite, trop de responsabilités. Un jour, Tina, la tante, se rend compte que sa sœur ne va pas bien du tout, elle appelle une ambulance et prend les enfants sous son aile ! Comme elle est aussi voisine de Léon, il est d'accord pour vivre quelques temps chez elle, en attendant le retour de maman.

Tout se gâte quand Carol, la maman, ne peut plus s'occuper du tout de ses enfants. Bien qu'ils soient tous les deux chez leur tante, une assistante sociale vient voir les enfants et décide que le meilleur moyen de les sauver est de placer Jake dans une famille et Léon chez une assisatante maternelle.

Pourquoi les séparer ? Jake ne pourra jamais vivre sans lui…il est le seul à savoir s'en occuper, il est le seul à le comprendre…Jake ne parle pas encore mais lui, il sait toujours ce dont il a besoin.

Il ne comprend pas pourquoi, les gens préfèrent séparer les gens qui s'aiment. On lui donne un semblant de réponse, il ne comprend pas plus. Jake est un bébé, et en plus, il est blanc et en bonne santé. Léon quant à lui est métis, son papa est noir, et ça, c'est un frein, il y a aussi le fait qu'il soit grand, très grand, les gens qui veulent adopter préfèrent les bébés !

On comprend mieux l'image de la couverture...

Comment Léon va-t-il arriver à vivre loin de son petit frère qu'il aime tant ? Quel va être son univers ?

Mon avis

Je trouve ce livre écrit simplement, l'écriture est fluide mais n'ayant lu la version originale, je ne sais si les mots traduisent les émotions pareillement.

J'ai beaucoup pleuré pendant la lecture, j'ai beaucoup pensé à Léon en dehors de mes heures de lecture.

Tellement d'injustice, tellement d'amour aussi, tellement d'espoir également…

Mes mouchoirs ont étés mes amis pendant mes débuts de sieste, seul moment où j'ai l'occasion de me retrouver seule et tranquille. J'avais hâte de retrouver Léon pour 1 ou 2 chapîtres.

Mais au final, je suis restée sur ma fin (Non, il n'y a pas faute, ou alors, elle est volontaire !)

Commenter cet article